historique

Plongez dans l’Espagne du XVIIe siècle avec le premier tome du « Capitaine Alatriste »!

le-capitaine-alatriste-tome-1

Le capitaine Alatriste, Tome 1 de Arturo Pérez-Reverte
Editions Points, 2007. 263 pages.

L’histoire: Dans l’Espagne décadente de Philippe IV, Diego Alatriste, vétéran de la guerre des Flandres, traîne ses bottes dans les tavernes madrilènes et vit de ses redoutables coups d’épée. Il est chargé par de mystérieux hommes masqués d’attaquer des Anglais. Il s’engage – sans même le savoir – dans le conflit sanglant qui oppose la Couronne au Saint-Office…

PM Le capitaine Alatriste Tome 1Le capitaine Alatriste s’inscrit dans la tradition des livres de cape et d’épée tout en peignant l’Espagne du XVIIe siècle et ceci est très intéressant. En effet, hormis le capitaine et son page, Iñigo, presque tous les personnages ont réellement existé ; cependant Arturo Pérez-Reverte part d’événements historiques pour faire faire des choses fictives aux personnages. Lorsque, comme moi, on connaît l’histoire espagnole, on prend plaisir à voir comment il a incorporé des éléments historiques à son histoire. Si, en revanche, on a aucune notion on découvre énormément de choses car le livre est vraiment très riche : tous les rois du Siècle d’Or sont cités ainsi que les infantes, les grands artistes, aussi bien des auteurs comme Quevedo ou des peintres comme Vélasquez. L’auteur mélange l’histoire et la fiction et c’est ce que j’ai vraiment adoré dans ce livre.

De plus, l’histoire avance doucement mais surement : ce premier tome prend le temps de planter le décor, l’intrigue, les personnages principaux, leurs rôles. La trame est bien ficelée et, sans même savoir qu’il y a sept tomes, on se dit en terminant le livre que l’aventure ne vient que de commencer et qu’elle est loin d’être finie. C’est agréable de lire un premier tome bien construit.

La construction narrative est également intéressante car ce n’est pas Alatriste qui raconte l’histoire mais Iñigo. En tant que personnage à part entière de l’histoire il parle aussi de lui et sème des indices sur sa vie et sur ce qu’il a vécu aux côtés du capitaine, ce qui laisse des questions en suspend pour les prochains tomes.

La seule chose qui peut finir par lasser est le nombre de vers de théâtre et de poésie qui sont insérés dans le livre. Connaissant la culture espagnole de l’époque, très ancrée dans ces deux genres, ça ne m’a pas trop dérangée, mais ça peut être un petit bémol pour d’autres.

Le capitaine Alatriste reste cependant un bon livre de cape et d’épée avec tous les éléments du genre : l’honneur, les complots, l’amour, la trahison… Et on a vraiment une peinture du XVIIe siècle qui est assez formidable et très intéressante pour les gens qui ne connaissent pas grand-chose à l’histoire de l’Espagne. En bref une très bonne lecture qui me donne très envie d’acheter le tome 2.

Perez-Reverte ArturoAuteur, scénariste et ancien correspondant de guerre espagnol, Arturo Pérez-Reverte (1951) a écrit un très grand nombre de best sellers et est traduit en trente-quatre langues. Ses livres sont très souvent à mi-chemin entre roman policier et roman historique.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s