autobiographie·Coups de coeur·témoignage

♥ Un témoignage poignant de la dictature argentine: coup de cœur pour « Manèges »!

maneges-bandeau

Manèges de Laura Alcoba
Editions Gallimard, 2007. 142 pages.

L’histoire: « Maintenant, nous allons vivre dans la clandestinité, voilà exactement ce que ma mère a dit. Pour la trappe dans le plafond, je ne dirai rien, même si on venait à me faire très mal. Je n’ai que sept ans mais j’ai compris à quel point il est important de se taire. »

Née en 1968, Laura Alcoba a vécu en Argentine jusqu’à l’âge de dix ans. Dans Manèges, elle évoque un épisode de son enfance.

PM ManègesCette lecture m’a complètement retournée. Le livre est extrêmement bien écrit car on a toute la violence de l’Argentine sous la dictature et toutes les horreurs qui ont pu être commises et que les gens ont pu vivre à cette époque mais racontées par les yeux d’une enfant. Laura Alcoba avait en effet sept ans à l’époque, il s’agit de ses souvenirs d’enfance et plutôt que de les raconter de manière adulte elle a décidé de les raconter comme si elle les avait écrits à l’époque, malgré tout avec quelques réflexions beaucoup plus adultes parfois. Elle le raconte vraiment comme une petite fille de sept ans le raconterait et j’ai trouvé ça extrêmement touchant car normalement à sept ans on ne comprend pas grand chose à la vie. Or là c’est terrible de se rendre compte que lors d’une période pareille même une enfant de sept ans est capable de comprendre et de se comporter presque comme une adulte.

Lors d’un passage elle dit qu’elle savait qu’elle ne devait jamais parler, même si on lui faisait du mal, sous-entendu si on la torturait. Or c’est quelque chose de trop abominable pour qu’une petite fille ait vraiment conscience de ce que c’est donc elle se dit que même si par exemple on lui tire très fort sur le bras elle ne parlerait pas car on le lui avait demandé, afin de protéger les autres. C’est la conception des horreurs commises sous une dictature à un niveau d’enfant avec la naïveté que cela implique et c’est vraiment bouleversant. C’est très choquant de voir que du haut de ses sept ans elle savait qu’elle était en danger et que des choses très graves pouvaient arriver, à ses proches ou à elle-même, et qu’il était important de ne jamais parler. Et malgré tout, elle reste une enfant donc elle fait des gaffes qui mettent en danger ses proches, ce qui augmente le climat de tension déjà très présent.

J’ai trouvé original le fait de le raconter comme ça car des témoignages de périodes sombres de l’histoire existent, mais ils sont très souvent racontés par des adultes, ce qui touche déjà beaucoup. Mais lorsqu’en plus le témoignage est raconté par une enfant il prend une dimension émotionnelle encore plus forte.

Je crois cependant que le summum de l’émotion arrive dans les dernières pages. J’ai sincèrement eu le cœur qui s’est serré et il n’aurait pas fallu une page de plus car j’aurais pleuré. Je suis toujours très sensible lorsqu’il s’agit de témoignages car je sais que ce que je lis n’est pas fictif et que tout ce que l’auteur écrit s’est réellement passé comme ça.

Je ne pensais sincèrement pas que cette lecture me toucherait autant. La brièveté de l’œuvre nous fait tout de suite plonger dans l’histoire tout en faisant arriver la fin très vite ce qui fait qu’on la prend vraiment en pleine figure. Ce n’est pas qu’on ne s’y attend pas car malheureusement on sait comment se passe la vie sous les dictatures mais on ne sait par contre pas quel a été le destin de chaque personne mentionnée dans l’histoire.

Un gros coup de cœur qui m’a vraiment beaucoup touchée et qui m’a donnée envie de découvrir d’autres œuvres de cette auteure.

Alcoba LauraAuteure et traductrice française née en Argentine, Laura Alcoba (1968) est également maître de conférences à l’université de Nanterre. Dans son premier roman, Manèges, publié en 2007, elle raconte ses souvenirs d’enfance de la dictature argentine. Elle a depuis publié trois autres romans autour de l’Argentine et de ses souvenirs personnels.
Publicités

Une réflexion au sujet de « ♥ Un témoignage poignant de la dictature argentine: coup de cœur pour « Manèges »! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s