essai

La place des femmes en politique, ou comment avoir des arguments de taille en lisant « Présidente: le grand défi. Femmes, politique et médias »

presidente-le-grand-defi

Présidente: le grand défi. Femmes, politique et médias
de Marlène Coulomb-Gully
Editions Payot, 2012. 400 pages

Résumé: Dire « je suis candidate à l’élection présidentielle » constitue un acte fort, tant individuel que collectif, qui s’inscrit contre une domination sociale et masculine dont le monde politique reste un des bastions les plus visibles. Car si les femmes au pouvoir, de Cléopâtre, Catherine II de Russie, Élisabeth 1re d’Angleterre et bien d’autres, ont souvent marqué l’Histoire, les femmes chefs d’État, démocratiquement élues, restent l’exception. En France, le fait est (encore) inédit. N’ayant acquis qu’en 1944 le droit de voter et d’être élues, les femmes sont encore peu nombreuses à s’être portées candidates depuis l’élection au suffrage universel du Président de la République en 1962. Elles sont neuf (Arlette Laguiller, Huguette Bouchardeau, Marie-France Garaud, Dominique Voynet, Corinne Lepage, Christine Boutin, Christiane Taubira, Marie-George Buffet et Ségolène Royal), sans compter celles à l’élection de 2012 (Nathalie Arthaud, Eva Joly, Marine Le Pen, Martine Aubry ?). Pour exceptionnelles que soient ces candidatures, elles ont connu durant ces dernières années une nette montée en puissance. Pourtant, la geste de ces pionnières est jusqu’en 2007 avant tout symbolique. Ostracisées avec constance de la vie politique, les femmes ont vu leur identité se construire en contrepoint des normes du pouvoir et des qualités masculines supposées requises pour l’assurer. Entre le côté volontairement androgyne d’une Arlette Laguiller et la féminité revendiquée d’une Ségolène Royal se déploie tout un spectre d’images stratégiques, dont les médias rendent compte tout en les façonnant. À travers l’analyse de la presse nationale, comme de la télévision, l’auteure tente de comprendre les mécanismes de cette médiatisation. Quels portraits les médias brossentils de ces femmes hors du commun et en quels termes les évoquent-ils ? Que nous disent-ils des rapports entre sexe et pouvoir et comment s’articulent le masculin et le féminin au regard de la légitimité politique.

PM Présidente le grand défiDans les trois premiers quarts du livre, l’auteure nous dresse le portrait des femmes qui ont été candidates à la présidence de la République en France de 1965 à 2012, portrait tel qu’il a été fait par les médias à l’époque des candidatures de ces femmes. Le moins que l’on puisse dire, c’est que niveau misogynie, les médias et les politiques français ne sont pas en reste du tout! A travers de très nombreuses citations issues du Monde, de Libération, du Figaro et des journaux télévisés, on réalise vraiment à quel point les candidates ont été sans cesse réduites à leur rôle de femme (naïveté, superficialité, tenue du foyer et éducation des enfants) quand les hommes, eux, voyaient leurs qualités masculines mises en avant. Et il n’y a pas besoin de remonter très loin, la candidature de Ségolène Royal en 2007 en est le dernier exemple en date.

Dans le dernier quart, l’auteure réalise une étude centrée sur les émissions télévisées et les fictions télés autour de la politique.

J‘ai adoré la première partie qui m’a vraiment fait ouvrir les yeux sur le machisme et la misogynie ambiants. J’en avais conscience avant mais d’avoir de telles citations sous les yeux m’a chamboulée. En tant que fille on prend vraiment une très grosse claque quand on réalise qu’aujourd’hui encore, une femme en politique n’est pas considérée comme étant aussi bien qu’un homme. J’ai également appris beaucoup de choses que j’ignorais totalement, n’étant pas née ou étant petite lors des élections mentionnées. En revanche, la deuxième partie ne m’a pas trop plu car j’ai trouvé que Marlène Coulomb-Gully aurait pu s’arrêter à l’étude des médias principaux puisqu’au final elle transfère ce qu’elle a déjà dit tout le long dans la deuxième partie. Elle ne fait que l’adapter aux émissions de télévision et ça donne une sensation de répétition.

Je vous conseille vraiment ce livre car il n’est pas vraiment question de politique mais plus de la place des femmes en politique. L’auteure apporte un regard féminin sur la question et insère très souvent des pics, l’air de rien. Si vous voulez avoir des arguments lors de prochains débats sur l’égalité des sexes, foncez, vous en aurez à revendre avec ce livre!

Coulomb-Gully MarlèneChercheuse française en communication politique, Marlène Coulomb-Gully (1958) est spécialisée dans la représentation des femmes et du genre dans les médias. Elle a publié plusieurs ouvrages de recherche scientifique sur le sujet.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s