témoignage

Comment c’était de vivre à Cuba dans les années 80? Découvrez « Tout le monde s’en va »

tout-le-monde-sen-va

Tout le monde s’en va de Wendy Guerra
Editions Le livre de poche, 2009, 288 pages.

L’histoire: Alors que tout le monde part pour un ailleurs fantasmé, Nieve grandit sur l’île de Cuba dans les années 1980, consignant dans son journal intime les événements marquants de son existence. De son enfance- tiraillée entre des parents bohèmes qui se déchirent – jusqu’aux prémices de sa vie de femme, c’est un itinéraire personnel, poétique et sans fard, qui se dessine alors. Celui d’une jeune fille pour qui les expériences amoureuses vont participer à l’éveil d’une sensibilité artistique comme d’une conscience politique. La pulsion créatrice bat au coeur de ce récit, comme possibilité d’accomplissement mais aussi de résistance, alors que tout le monde s’en va.

PM Tout le monde s'en vaCe livre nous fait complètement plonger dans l’ambiance de l’île de Cuba des années 80. Il y a énormément de références à des artistes, des hommes politiques, des personnalités…  et grâce aux notes de bas de pages on apprend beaucoup de choses. On découvre aussi la société cubaine et sa manière de vivre à travers Nieve, le personnage principal. En plus de l’histoire racontée, on a l’impression de découvrir plein de choses et c’est très agréable.

La construction du récit sous forme de journal intime nous fait également plonger dans l’histoire. Elle permet d’entrer dans les pensées de Nieve, mais pas totalement puisqu’elle n’écrit que ce qu’elle a envie de nous raconter de sa vie, ce qui donne envie de lire toujours plus de pages pour en apprendre plus sur elle. Son évolution psychologique est également intéressante à suivre.

Ce que Nieve nous raconte est à la fois prenant et touchant. C’est un témoignage qui bouscule un peu car on réalise que la seule chose à laquelle les gens aspiraient c’était partir, fuir l’île et la dictature. En tant qu’européen ça nous fait réfléchir sur notre confort et notre vie qui se rapproche de la perfection comparé à ce que vivaient les cubains à cette époque.

J’ai beaucoup aimé le style de l’auteure. Il est simple, épuré, et ne nous apporte que l’essentiel de l’histoire. Il y a des gens que ça peut déranger et qui au contraire apprécieraient plus de détails et de descriptions mais personnellement j’aime ce genre de styles qui rendent la lecture fluide et rythmée.

Cependant, certains moment ne m’ont pas plu car Nieve raconte des choses assez dérangeantes. C’est assez spécifique à l’Amérique Latine et ça reflète une société différente de la nôtre, avec ses blessures, et c’est intéressant de les découvrir mais c’est parfois difficile à comprendre, et assez étrange. De plus, j’ai trouvé que l’histoire restait finalement un témoignage peut-être un peu trop classique et n’apportait pas de grandes nouveautés au genre.

Tout le monde s’en va reste néanmoins une très belle lecture que je recommande pour découvrir Cuba et sa culture.

Guerra WendyCinéaste, poète et romancière cubaine, Wendy Guerra (1970) a d’abord publié des recueils de poèmes avant de passer à l’écriture en prose. Son premier roman, Tout le monde s’en va, a reçu de nombreux prix et a été élu par le journal El País meilleur roman de langue espagnole 2006. Le gouvernement français lui a remis les insignes du Chevalier des Arts et des Lettres en 2010.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s