essai

Réfléchissez à votre façon de manger et de consommer avec « Deux idées de bonheur »

capture-ronde-deux-idees-de-bonheurVIDÉO « 1 LIVRE EN 1 MINUTE »
.

Cliquez ici pour visionner la chronique vidéo que j’ai faite de ce livre.

.

deux-idees-de-bonheur

Deux idées de bonheur de Luis Sepúlveda et Carlo Petrini
Editions Métailié, 2016. 138 pages.

Résumé: Ce livre écrit à quatre mains par Luis Sepúlveda et Carlo Petrini est né d’une conversation entre deux hommes venus d’horizons et de pays différents. L’écrivain et le gastronome défenseur du Slow Food et du « manger local » se sont retrouvés pour un échange autour de l’idée de bonheur et de l’influence des politiques adoptées dans certains pays sur le plaisir personnel et collectif. Leurs expériences respectives leur ont appris que la vie est courte, bonne, et dépend d’un droit fondamental : le droit au bonheur. Celui-ci ne doit pas se confondre avec une sorte de droit naturel à devenir riche, ou à surpasser les autres. Il s’agit d’une autre idée du bonheur. Les deux auteurs proposent des idées de futur organisées autour des thèmes du bonheur, de la littérature, du développement, du partage, de la nourriture et de la politique. Dans ce contexte Sepúlveda définit son horizon en tant qu’écrivain : le partage, car écrire est une forme de partage, et revendique dans le même geste la lenteur, le droit à la lenteur, ce droit fondamental de dire : stop, j’ai besoin de temps, c’est moi qui décide de mon rythme. Pour sa part, Carlo Petrini reprend les mêmes thèmes mais en plaçant la gastronomie, qui lui apparaît comme la science du bonheur, au coeur de sa philosophie, avec les petites satisfactions non négligeables liées à une alimentation saine, biologique, équitable. Manger mieux peut devenir un véritable projet politique qui, si nous le prenions au sérieux, bouleverserait aussi les règles de l’agriculture mondiale et de la cuisine familiale, de la gestion des déchets à la notion de progrès. 

PM Deux idées de bonheurLe livre est séparé en trois parties. Il y a tout d’abord une conversation entre les deux auteurs, qui peut être considérée comme une introduction. Ils y posent les bases du livre afin de faire comprendre au lecteur les thèmes qu’ils vont traiter, à savoir l’importance, le respect et le partage de la nourriture, de la gastronomie et de l’environnement. Il y a un côté très philosophique, qui nous incite à réfléchir sur ces thèmes, et ce tout au long du livre.

Cette conversation présente également les deux auteurs, et on découvre une fois encore tout ce que Luis Sepúlveda a vécu tout au long de sa vie. On apprend également à connaître Carlo Petrini, qui a lui aussi beaucoup voyagé et vu de choses.

Ensuite, chaque auteur présente ses « Sept idées de futur » en partant des mêmes sujets : le bonheur, la littérature, le développement, le partage, la nourriture, la nature et la politique.

J’ai apprécié ce concept car chacun part de l’un de ces sujets pour raconter une anecdote qu’il a vécue et ainsi illustrer une idée de progrès. Chaque petit essai met en avant des exemples de gens qui font bouger le monde.

Luis Sepúlveda est plus dans un essai littéraire, avec une poétisation de ses exemples,  tandis que Carlo Petrini présente un essai explicatif, avec des exemples concrets. C’est moins poétique mais ça n’en reste pas moins tout aussi intéressant car il apporte des chiffres et des faits qui font prendre conscience de la réalité.

Néanmoins les deux se complètent parfaitement, et se rejoignent dans l’idée d’engagement qu’ils veulent transmettre, c’est-à-dire que ce n’est pas parce qu’on est « poète » que l’on est utopiste. Les deux auteurs ont beaucoup voyagé et vu des choses qui les ont émerveillées tout comme certaines ont pu les révolter. C’est d’ailleurs parce qu’ils ont vu ces choses qu’ils veulent s’en inspirer ou les faire bouger.

Deux idées de bonheur est un livre qui devrait être mis plus en avant car il nous fait réfléchir de façon plus littéraire que d’autres essais sur notre façon de manger et de consommer, à travers des propos simples, beaux et justes. C’est une très belle lecture pour ma part et je vous la recommande vivement !

Sepulveda LuisAuteur chilien vivant actuellement en Espagne, Luis Sepúlveda (1949) est engagé en politique et en écologie. Son premier roman, Le vieux qui lisait des romans d’amour, a été traduit dans le monde entier et est considéré comme un classique de la littérature latino-américaine. Il a depuis publié une vingtaine de romans dans lesquels on retrouve ses engagements politique et écologique.
Petrini CarloJournaliste, écrivain et critique gastronomique italien, Carlo Petrini (1949) est très engagé dans l’écogastronomie et l’alterconsommation. Il a d’ailleurs créé le mouvement international Slow Food, en 1989, et Terra Madre, un réseau mondial des « communautés de la nourriture », en 2004.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s