nouvelle

Evadez-vous à La Havane avec les trois nouvelles de « Coupable d’avoir dansé le cha-cha-cha »

coupable-davoir-danse-le-cha-cha-cha

Coupable d’avoir dansé le cha-cha-cha de Guillermo Cabrera Infante
Éditions Folio, 2012. 112 pages.

L’histoire: Trois histoires d’amour qui sont autant de portraits de Cuba. Cuba aux multiples visages : l’île des rites africains et des tambours sacrés, l’île des hôtels de luxe, l’île de l’utopie communiste et des persécutions politiques…

PM Coupable d'avoir dansé le cha cha chaCoupable d’avoir dansé le cha-cha-cha est un recueil de trois nouvelles très original. L’auteur nous offre en effet des histoires à la fois semblables et différentes. Elles commencent toutes par la même scène, à savoir le déjeuner d’un couple dans un restaurant, qui fait à chaque fois la même chose et parle des mêmes choses, mais ensuite l’histoire évolue différemment pour nous montrer les divers aspects de la société cubaine.

J’ai beaucoup aimé cette construction ! Guillermo Cabrera Infante réussit vraiment à complètement changer de style d’écriture pour chacune des nouvelles tout en racontant à chaque fois la même chose. C’est très réussi.

J’ai également apprécié les différents portraits de Cuba qui nous sont présentés dans ces nouvelles : les rites africains, les hôtels de luxe et le communisme.

Cependant, je n’ai compris qu’à l’épilogue où l’auteur voulait en venir et n’ai donc pas accroché au but du livre. Pourtant celui-ci est très poétique, mais je ne l’ai pas compris de moi-même, et c’est dommage. Peut-être qu’une relecture me permettrait à présent de plus apprécier les trois histoires.

Coupable d’avoir dansé le cha-cha-cha reste un recueil original et agréable à lire qui nous fait plonger en plein cœur de La Havane pour un court moment d’évasion.

Autosave-File vom d-lab2/3 der AgfaPhoto GmbHAuteur et journaliste cubain, Guillermo Cabrera Infante (1929-2005) rompt avec le régime de Fidel Castro dans les années 1960 et demande l’asile politique à Londres où il passera le reste de sa vie. Même loin de son île natale, il ne cessera jamais d’écrire sur elle. Son œuvre la plus connue est Trois tristes tigres, publié en 1965.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s