récit

A la découverte des Îles Galápagos avec Herman Melville et ses « Encantadas ou Iles Enchantées »

les-encantadas

Les Encantadas, ou Îles Enchantées d’Herman Melville
Éditions Folio, 2006. 128 pages.

Résumé: Loin du paradis tropical, les îles des Galápagos sont de gros rochers volcaniques peuplés de tortues, de serpents, d’araignées, de mouettes et de pélicans… Et pourtant, grâce au talent de Melville, elles deviennent les «Îles Enchantées» où folklore et récits de marins s’entremêlent pour envoûter voyageurs et lecteurs. Dans une suite d’esquisses, l’auteur de Moby Dick nous entraîne dans un voyage poétique et exotique. 

Les Encantadas PMMalgré sa brièveté, Les Encantadas ou Iles Enchantées arrive à totalement nous dépayser. On sent vraiment que l’auteur y est allé et qu’il romance ses souvenirs. La description des Îles Galápagos est précise, tant au niveau des paysages que des animaux et de l’ambiance qu’on y trouve. C’est agréable d’avoir un portrait si détaillé et fourni d’un endroit qu’on connaît finalement très peu.

Néanmoins, Herman Melville n’a absolument pas aimé les Îles Galápagos et en fait donc un portrait peu élogieux. C’est dommage car en tant que lecteur on a envie de voyager avec ce genre de récit, et finalement l’envie de voyage tombe un peu à l’eau face à tant de négativité.

De plus, je n’ai pas trop accroché aux citations de chaque début d’esquisse (entendez « chapitre »). J’ai trouvé qu’elles cassaient un peu le style de l’auteur.

Le livre n’en reste pas moins un fabuleux récit où l’on découvre en plus des paysages, des histoires et des légendes, ainsi que toutes les traditions qui peuvent entourer les Îles.

C’est au final une lecture assez agréable qui m’a fait voyager et découvrir des lieux que je ne connaissais pas. Malgré la mauvaise opinion de Melville et des citations un peu lourdes, je vous le recommande pour un dépaysement assuré!

Melville HermanRomancier, poète et essayiste américain, Herman Melville (1819-1891) a beaucoup voyagé dans sa jeunesse grâce à son poste de mousse sur des navires. La majorité de ce qu’il a écrit est tiré de ses expériences et souvenirs en mer, notamment son œuvre majeure et mondialement connue, Moby Dick, publié en 1851.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s