autobiographie·classique

« La Gloire de mon père », ou l’envie de Pagnol de raconter de beaux souvenirs

capture-ronde-la-gloire-de-mon-pereVIDÉO « 1 LIVRE EN 1 MINUTE »
.

Cliquez ici pour visionner la chronique vidéo que j’ai faite de ce livre.

.

la-gloire-de-mon-pere

La Gloire de mon père de Marcel Pagnol
Editions de Fallois, Collection Fortunio. 219 pages.

L’histoire: Un petit Marseillais d’il y a un siècle: l’école primaire ; le cocon familial ; les premières vacances dans les collines, à La Treille ; la première chasse avec son père…
Lorsqu il commence à rédiger ses Souvenirs d’enfance, au milieu des années cinquante, Marcel Pagnol est en train de s’éloigner du cinéma., et le théâtre ne lui sourit plus.
La Gloire de mon père, dès sa parution, en 1957, est salué comme marquant l’avènement d’un grand prosateur. Joseph, le père instituteur., Augustine, la timide maman., l’oncle Jules, la tante Rosé, le petit frère Paul, deviennent immédiatement aussi populaires que Marius, César ou Panisse. Et la scène de la chasse à la bartavelle se transforme immédiatement en dictée d’école primaire…
Les souvenirs de Pagnol sont un peu ceux de tous les enfants du monde. Plus tard, paraît-il, Pagnol aurait voulu qu’ils deviennent un film. C ‘est Yves Robert qui, longtemps après la mort de l’écrivain, le réalisera.
« Je suis né dans la ville d’Aubagne. sons le Garlaban couronné de chèvres au temps des derniers chevriers. »

La Gloire de mon père PMLa Gloire de mon père est un livre empli de tendresse qui est très agréable à lire. On ressent le plaisir que Pagnol a eu à retranscrire ses souvenirs d’enfance et sa joie de les partager avec nous, lecteurs. Il les raconte à hauteur d’enfant, tels qu’il aurait pu les raconter à l’époque, tout en glissant des réflexions d’adulte. Le mélange des deux perspectives donne un récit très touchant.

En effet, on partage avec lui l’admiration pour son père Joseph, l’amour pour sa mère Augustine, la tendresse pour son petit frère Paul et l’enthousiasme pour son oncle Jules.

Au-delà de sa famille, Pagnol nous fait plonger en plein début du XXe siècle et nous permet de découvrir la vie de l’époque. On découvre alors un temps entièrement révolu où les gens vivaient de façon simple mais heureuse. Loin de toutes nos technologies actuelles, la famille Pagnol passait ses vacances en plein cœur de la Provence avec le strict nécessaire et les enfants s’amusaient avec la nature comme attraper des cigales ou jouer aux indiens autour des arbres. Les scènes décrites paraissent tellement loin de nous qu’on en vient à réfléchir sur notre temps en se disant qu’on a peut-être tout pour être heureux, mais que les gens du début du XXe siècle, eux, savaient ce qu’était le bonheur.

Peut-être que le livre pourrait paraître un peu lent à certaines personnes puisqu’il n’y a pas de grandes actions, juste l’évocation de souvenirs. Personnellement ça ne m’a pas vraiment dérangée.

A travers des souvenirs simples où la joie est partout, Pagnol nous fait passer un très bon moment au cœur de la Provence. On en ressort attendris et avec la volonté de découvrir les paysages qu’il décrit si bien. On a conscience que tout est un peu embelli mais, en fin de compte, on réalise qu’il n’y a pas besoin de grandes phrases littéraires pour écrire un classique, juste l’envie de raconter de beaux souvenirs. La Gloire de mon père en est la preuve!

Pagnol MarcelDramaturge, cinéaste, producteur et auteur français, Marcel Pagnol (1895-1974) a réalisé de nombreux films et ne s’est mis à écrire qu’à la soixantaine pour rédiger ses souvenirs d’enfance. Ceux-ci seront un immense succès, tout comme sa duologie Jean de Florette et Manon des Sources (1963). Il est aussi membre de l’Académie française.
Publicités

5 réflexions au sujet de « « La Gloire de mon père », ou l’envie de Pagnol de raconter de beaux souvenirs »

  1. Je connais Pagnol surtout au travers de ses livres L’Eau des Collines, qui ont été écrits au début des années 60, après les tournages de Jean de Florette et Manon des Sources…ces deux livres traînaient dans ma PAL depuis longtemps lorsque je me suis décidée à les lire au début de l’année et j’ai beaucoup aimé. Mais…honte à moi, à part quelques extraits, étudiés à l’école, je n’ai jamais lu en intégralité La Gloire de Mon Père ou Le Château de ma Mère… Il faudrait vraiment que j’y remédie vite ! Je suis sûre que la nostalgie assez tendre, comme tu le relèves toi-même, doit nous toucher tous ! 😉

    J'aime

    1. Haha mais ne t’inquiète pas, tu n’as aucune honte à avoir! Personnellement je n’avais jamais rien lu de lui avant. Si tu as déjà lu « L’eau des Collines » c’est bien!
      En tout cas « La Gloire de mon père » se lit très vite et est extrêmement mignon, je pense que tu aimeras 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s