contemporain

« Album » littéraire d’une enfance islandaise

img_20161216_210823

Album de Guðrún Eva Mínervudóttir
Éditions Pocket, 2016. 120 pages.

Résumé: Que sont nos souvenirs d’enfance ? Un album de photographies, une suite d’instantanés. Une succession d’images passionnantes, banales, insolites et spectaculaires, en noir et blanc ou en couleurs. Au fil des pages se dévoile le quotidien d’une fillette islandaise, à la fois singulier et universel : les étés à la ferme, les cauchemars de spaghettis, les montagnes comme des dragons, Derrick à la télé… La mémoire remonte ainsi, flash après flash, avec son cortège de lieux imprécis, de sensations fugaces, de personnages hors champ. Les souvenirs s’animent, les parfums s’élèvent, un écrivain naît.

album-pmUn souvenir d’enfance par page, tel est la construction de ce roman, qui se lit comme on regarderait un album photo. Certains sont très courts, d’autres un peu plus longs, exactement comme le nombre de souvenirs qui nous reviennent en mémoire lorsqu’on regarde une photo. J’ai beaucoup aimé ce concept.

J‘ai également aimé découvrir le quotidien d’une petite fille islandaise. Certes, l’enfance est quelque chose d’universel, mais il y a des touches par-ci par-là qui nous font plonger au cœur de l’Islande. D’un point de vue culturel, c’était très intéressant.

Malheureusement j’ai regretté le manque d’approfondissement. Je pensais trouver une trame narrative au milieu de tous ces souvenirs, et ça n’a pas été le cas. Ils se succèdent, sans réellement apporter quelque chose au lecteur, et la fin n’en est pas une. C’est dommage.

J‘ai également été dérangée par le fait que Guðrún Eva Mínervudóttir passe d’un souvenir à un autre, sans aucun lien, sur une même page. Cela donne une sensation de méli-mélo qui était très certainement recherchée par l’auteure, mais qui personnellement ne m’a pas plu.

C‘est au final une lecture mitigée pour moi.

Album est un petit livre qui se lit facilement et qui nous renvoie à nos propres souvenirs d’enfance. C’est mignon, doux et naïf. On passe un bon moment de lecture, mais sans vraiment trouver le but de l’histoire, alors qu’il y avait pourtant beaucoup de potentiel au départ.

minervudottir-gudru-evaAuteure islandaise, Guðrún Eva Mínervudóttir (1976) a publié son premier ouvrage, le recueil de nouvelles Pendant qu’il te regarde tu es la Vierge Marie, en 1998. Très salué par la critique, il a été suivi par six romans.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s