biographie·contemporain

« Dewey », l’hommage touchant d’une bibliothécaire à son chat

dewey

Dewey de Vicki Myron
Éditions Pocket, 2013. 314 pages.

L’histoire: Par un matin d’hiver, Vicki Myron, attirée par des cris déchirants, découvre un chaton frigorifié dans la boîte aux lettres de la bibliothèque où elle travaille. Après l’avoir réchauffé, Vicki et ses collègues, conquis, décident de l’adopter. Dewey deviendra vite la mascotte de la bibliothèque et l’emblème de la ville de Spencer. Pendant 19 ans, Dewey, grand amateur de cheeseburgers, d’ailes de poulet et fan de télévision, va révolutionner cette petite ville. Il va apprendre à sourire aux enfants handicapés, attendrir les hommes d’affaires… et devenir le chouchou des médias, au point que les télévisions du monde entier viendront le filmer. Vicki Myron, la bibliothécaire qui a partagé sa vie, nous raconte l’aventure extraordinaire de ce chat hors du commun.

dewey-pmAvant toute chose, je pense qu’il faut avoir conscience que ce livre s’adresse principalement à ceux qui ont eu ou ont des animaux dans leur vie. Sans ça, il est selon moi difficile, voir impossible, de comprendre le but de l’auteure, qui est de rendre hommage à son chat.

J‘ai trouvé ce livre très mignon et touchant. N’importe qui aimerait pouvoir écrire autant sur son animal de compagnie, et c’est agréable de retrouver les petits bonheurs quotidiens qui font la relation homme-animal. L’auteure est toujours très juste dans ses mots, et sa sincérité est émouvante tout au long du livre.

C‘est également impressionnant de découvrir à quel point Dewey est devenu une star de la ville, et de voir que sa notoriété a dépassé les frontières de la région, puis du pays, puisque même les Japonais ont su qu’il existait!

Néanmoins, elle fait pour moi partie des gens qui humanisent leurs animaux en les dotant d’intentions qu’ils n’ont pas. Chacun peut être d’accord avec ça, personnellement ça n’est pas mon cas, et j’ai eu du mal avec certains détails ou anecdotes racontés.

De plus, je m’attendais vraiment à une biographie de Dewey, et celle-ci est au final mélangée à l’autobiographie de l’auteure et à un récit historique de la ville et de la région. Autant certains éléments autobiographiques se mêlaient parfaitement à la vie du chat, autant certains chapitres n’avaient rien à voir avec lui.

Bien que les parties historiques étaient souvent intéressantes, j’ai été déçue car je souhaitais lire la vie d’un chat, pas celle de Vicki Myron ni l’histoire de sa ville qui n’avaient pour moi pas leur place dans ce livre, à moins de l’indiquer clairement sur la quatrième de couverture, ce qui n’est pas le cas.

Je referme donc ce livre assez mitigée.

Dewey est une lecture très mignonne pour qui a eu ou a des animaux de compagnie. Malheureusement l’auteure a, pour moi, dévié de son but principal en racontant également sa vie et l’histoire de sa région, ce qui gâche un peu la biographie de ce chat très attachant.

myron-vickiBibliothécaire puis directrice de la bibliothèque de Spencer, dans l’Iowa, de 1982 à 2007, Vicki Myron (1947) s’est fait connaître en publiant en 2008 un livre rendant hommage à son chat qui fut la mascotte de la bibliothèque: Dewey, et qui a remporté un succès international.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s