classique·historique

Lecture d’une œuvre pionnière du réalisme magique: « Le royaume de ce monde »

El reino de este mundo(Lorsque j’ai lu l’œuvre en VO je cite l’édition lue mais aussi l’édition française.)

Le Royaume de ce monde d’Alejo Carpentier
Editions Gallimard, Collection Folio, 1980. 192 pages.

El reino de este mundo de Alejo Carpentier
Editions Austral, 2015. 160 pages.

L’histoire: Les données historiques qui servent de point de départ à ce roman – la révolte des Noirs de Saint-Domingue, suivie de l’exil des colons à Santiago de Cuba ; le gouvernement du général Leclerc, beau-frère de Napoléon ; le surprenant royaume noir de Henri-Christophe – ne doivent pas nous égarer sur son véritable sens. C’est une chronique par certains côtés ésotérique sur quoi plane l’atmosphère maléfique du Vaudou. Mackandal, le sorcier manchot, envoûte tous les animaux de l’île et les fait périr. Les colons ne tardent pas à subir le même sort. L’envoûtement se mêle à la farce et le ridicule s’achève dans le sang. L’image de la belle Pauline Bonaparte faisant masser son corps admirable par le nègre Soliman se détache sur ce fond d’incendie et de meurtres.

Le royaume de ce mondeLe royaume de ce monde est fondamental dans l’histoire littéraire d’Amérique Latine car il est l’un des pionniers du réalisme magique, bien avant le célèbre Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez.

Je l’ai lu en VO et il est certain que je n’aurais surement pas le même avis si je l’avais lu en français, mais j’ai trouvé la langue très compliquée. Il y a beaucoup de vocabulaire typique des Caraïbes et de l’Amérique Latine en général, essentiellement de la faune, de la flore et de la période esclavagiste, donc des champs lexicaux qu’on n’utilise que très peu, et qui sont de ce fait très durs à comprendre. Ma critique principale vient de là, mais c’est un élément qu’il faut prendre en compte.

A côté de ça, j’ai apprécié l’histoire, bien qu’elle soit dure, et ai aimé suivre le personnage de Ti Noel auquel je me suis beaucoup attachée. Les éléments du réalisme magique sont également un point fort de l’histoire, car ils la rendent spéciale et donnent vraiment l’impression de s’immerger complètement dans la culture caribéenne.

Le fond est également très important car à travers les décennies que couvre le roman, on découvre l’histoire d’Haïti avec tous les événements clés et les personnes majeures qui en ont fait partie. C’est intéressant et très enrichissant.

C’est au final un avis partagé, car d’un côté le fond est plaisant avec de nombreuses références historiques et une ambiance caribéenne très particulière qui m’ont beaucoup plu, mais de l’autre la langue était trop compliquée pour que je puisse apprécier toutes les subtilités de l’histoire. Je vous le recommande donc, mais en français!

Carpentier AlejoAuteur cubain, Alejo Carpentier (1904-1980) a été un auteur majeur de la littérature latino-américaine du XXe siècle. Il a écrit de nombreuses œuvres, dont Le royaume de ce monde, la plus connue (1949), avec laquelle il a créé le réalisme magique.
Publicités

2 réflexions au sujet de « Lecture d’une œuvre pionnière du réalisme magique: « Le royaume de ce monde » »

  1. Sympa de l’avoir lu en VO, ça doit être épuisant de toujours faire la traduction. J’ai lu quelques livres en VO ( anglais ) et c’est un exercice assez fatiguant mais toujours enrichissant 🙂
    En tout cas, peut-être que je lirai un jour ce livre (en français ) :p

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s