nouvelle

Embarquez pour Cuba avec « Un trafiquant d’ivoire, quelques pastèques et autres nouvelles »

Un trafiquant d'ivoire...

Un trafiquant d’ivoire, quelques pastèques et autres nouvelles de Zoé Valdés
Éditions Librio, 2007. 72 pages.

L’histoire: A Cuba, l’existence est affaire de mise en scène. On répare, on transforme, on sublime la misère. Réinventer sa vie, la parer de couleurs vives, est la seule réponse possible aux espoirs déçus. La seule réponse et la plus belle qui soit. Un grand-père décroche la lune au bout de sa canne. Une famille fait de la résistance en fêtant Noël. Une jeune fille tapine pour un recueil de poèmes ; une autre, à Paris, s’enivre d’une chanson… Au fil de ces quatre nouvelles sensuelles et joyeusement désespérées, Zoé Valdés nous balade entre rêve et réalité.

Un trafiquant d'ivoire PMDans ce court recueil Zoé Valdés nous propose quatre nouvelles très différentes les unes des autres et qui racontent pourtant chacune une facette de Cuba.

« Un trafiquant d’ivoire, quelques pastèques » est la nouvelle principale du livre. On y suit une jeune fille entretenue par un homme beaucoup plus âgé qu’elle, qui passe la nuit sur la plage avec un poète français, et qui tente désespérément de s’offrir à lui, fascinée par sa poésie.

Même si je pense, après coup, avoir compris que la nouvelle mettait en avant la censure qui existe à Cuba et qui empêche les poètes de s’exprimer, je n’en suis pas sûre, et cette incertitude ne m’a pas fait apprécier la nouvelle. Je l’ai, de plus, trouvée un peu crue et assez irréaliste.

La seconde nouvelle, « La lune et la cane », met en scène un garçon très proche de sa grand-mère qui est magicienne. Elle sait parler au feu et raconte souvent à son petit-fils de merveilleuses histoires, notamment la façon dont son mari est allé lui décrocher la lune. Il finira par lui aussi aller décrocher la « lune » pour son grand-père.

C‘est une histoire tendre, jolie et poétique qui met en scène le vaudou et les croyances des Cubains aux origines africaines. Un beau moment de lecture!

La troisième nouvelle, « Non, non, non, Noël ! », parle de l’opposition d’une famille à la censure mise en place par le régime de Fidel Castro qui a interdit de fêter Noël. Cette histoire met en avant la résistance personnelle et l’amour familial qui persistent malgré la politique. Elle est très intéressante d’un point de vue culturel car, personnellement, c’était un fait que j’ignorais.

La dernière nouvelle, « Et pourtant elle tourne ! », parle de l’exil des Cubains ayant fui le régime de Castro en France. On suit une jeune cubaine et des amis à elle qui fêtent le Nouvel An à Paris en pensant à ceux qui sont restés à Cuba. L’histoire est emprunte d’une mélancolie et d’une nostalgie très touchantes qui donnent vraiment envie de profiter de la vie quand on a la chance de vivre dans une démocratie.

Un recueil de nouvelles très intéressant aussi bien culturellement, historiquement et politiquement. En très peu de pages on apprend beaucoup de choses sur Cuba et sur ses habitants. Un petit livre que je vous recommande!

Valdés ZoéAuteure, poète et scénariste cubaine (1959), Zoé Valdés a été contrainte de s’exiler en France après la publication de son roman Le néant quotidien. Elle a depuis publié de nombreuses œuvres et a été faite Chevalier des arts et des lettres en 1999.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s